Les PME transformatrices d’aluminium sont à risque

Les producteurs d’aluminium du Québec peuvent résister aux nouveaux tarifs de 10% sur l’importation de métal gris aux États-Unis, mais les PME québécoises qui le transforment et le vendent à des consommateurs finaux risquent de pâtir de cette situation.

«Plusieurs d’entre elles ne seront pas capables d’absorber cette hausse de prix», affirme Jean Simard, président et chef de la direction de l’Association de l’aluminium du Canada (AAC).

Selon lui, les États-Unis sont l’endroit dans le monde où le prix de l’aluminium est le plus élevé, car le prix nord-américain comprend le cours mondial et la prime régionale du Midwest (de 400 à 500$US, qui inclut la nouvelle taxe de 10%).

Dans ce contexte, les consommateurs finaux d’aluminium, par exemple l’industrie automobile, pourraient être tentés de refiler une partie ou la totalité de la facture à leurs fournisseurs, dont les PME au Canada et aux États-Unis qui transforment le métal gris.

Un scénario qui inquiète au plus haut point Michel Boudreault, président du Groupe Sotrem-Maltech, un transformateur d’aluminium à Saguenay qui possède aussi Shawinigan Aluminium.

«Nos marges bénéficiaires sont déjà faibles, à environ 5%. Une nouvelle taxe de 10%, c’est beaucoup trop!», confie-t-il, en précisant qu’il va tenter de refiler ce coût à ses clients, dont 60% sont basés aux États-Unis.

 

Source : lesaffaires.com

Related Post

thumbnail
hover

Un projet de modernisation pour Saladexpress

Saladexpress inc. de Saint-Rémi en Montérégie, une entreprise de transformation de légumes, annonce la conclusion d’un partenariat ave...

thumbnail
hover

Québec accorde 660 000 $ à...

Le gouvernement du Québec alloue, par l’entremise du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie, une...

thumbnail
hover

Le secteur manufacturier hésite encore à...

Le récent rapport Les freins à l’investissement numérique des entreprises du secteur manufacturier, rendu public par la Fédération...