Les entreprises canadiennes toujours confiantes envers l’économie

La Banque du Canada vient de publier les résultats de son Enquête sur les perspectives des entreprises pour l’hiver 2017-2018. Cette publication trimestrielle fait la synthèse de l’information recueillie au cours d’entrevues réalisées par les bureaux régionaux de la Banque avec des responsables d’une centaine d’entreprises, choisies en fonction de la composition du produit intérieur brut canadien.

Les derniers résultats démontrent une certaine confiance de la part des répondants. Les perspectives de vente demeurent encourageantes, malgré un ralentissement. De plus, les pressions sur la capacité de production et sur le marché du travail sont devenues plus manifestes et confortent les projets d’embauche et d’investissement des entreprises.

Les faits saillants :

  • Il règne un optimisme à l’égard de la progression des ventes, mais on s’attend à un ralentissement. Après une croissance vigoureuse des ventes, de nombreuses entreprises escomptent une expansion stable ou un retour à un rythme plus tenable, surtout dans le secteur des biens et en ce qui concerne la demande.
  • Les entreprises comptent étendre leurs activités pour répondre à la demande soutenue, comme le montre le rebond des intentions d’investissement et d’embauche qui a été observé depuis l’enquête de l’automne.
  • En raison de la forte demande et du resserrement du marché du travail, l’indicateur des pressions sur la capacité de production et celui des pénuries de main-d’œuvre affichent une hausse.
  • Les entreprises prévoient une accélération de la croissance du prix des intrants due à la hausse des cours des produits de base. La transmission, au prix des extrants, de la variation du prix des intrants et des pressions émergentes sur les salaires reste limitée, à cause des forces de la concurrence. Les attentes en matière d’inflation s’avèrent modestes et sont les mêmes qu’au troisième trimestre.
  • Hormis l’augmentation des taux préférentiels, les conditions du crédit sont demeurées essentiellement inchangées.
  • L’indicateur de l’enquête est presque revenu à son sommet de l’été, ce qui démontre l’optimisme des répondants.

Pressions sur la capacité de production

La proportion d’entreprises qui auraient quelques difficultés ou de sérieuses difficultés à faire face à une hausse inattendue de la demande a augmenté à nouveau et se situe à son plus haut niveau depuis la récession de 2008-2009 (Graphique 5). Les pressions sur la capacité de production des entreprises sont répandues en Colombie-Britannique, mais elles sont aussi de plus en plus apparentes dans le centre du Canada, ce qui a poussé plusieurs entreprises à faire appel à des ressources flexibles, en se tournant notamment vers la sous-traitance, l’impartition, l’immigration et l’automatisation.

Source: Bulletin Vecteurs économie et innovation et Banque du Canada

Related Post

thumbnail
hover

Un projet de modernisation pour Saladexpress

Saladexpress inc. de Saint-Rémi en Montérégie, une entreprise de transformation de légumes, annonce la conclusion d’un partenariat ave...

thumbnail
hover

Québec accorde 660 000 $ à...

Le gouvernement du Québec alloue, par l’entremise du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie, une...

thumbnail
hover

Le secteur manufacturier hésite encore à...

Le récent rapport Les freins à l’investissement numérique des entreprises du secteur manufacturier, rendu public par la Fédération...