Le Canada perd du terrain en matière de R-D et d’innovation

Les capacités de recherche-développement et d’innovation canadiennes sont menacées

Le Conseil des académies canadiennes (CAC) documente les forces et les faiblesses du Canada en science et technologie et en recherche-développement dans divers rapports depuis l’année 2006. Un nouveau rapport de comité du CAC.  Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. dresse le dernier bilan du Canada dans les différents domaines de la recherche : recherches appliquée et fondamentale, développement expérimental et recherche-développement (R-D) industrielle. Cette toute dernière étude présente les données actuelles et une analyse d’experts sur les points forts et faibles de la recherche canadienne et sur la future prospérité du pays.

On y constate que le Canada bénéficie d’une population instruite, qu’il contribue grandement à la recherche et qu’il se démarque fortement dans plusieurs domaines de recherche. Toutefois, les auteurs affirment qu’il est devancé par plusieurs pays en matière d’investissement en R-D : le rapport mentionne que cette situation pourrait menacer la prospérité du pays. Il indique que les investissements en R-D en proportion du produit intérieur brut (PIB) diminuent de façon claire depuis l’année 2001. Le Canada se situe à présent bien au-dessous de la moyenne de l’Organisation de coopération et de développement économiques et se classe au 33e rang parmi 40 pays selon un indicateur des dépenses des entreprises de R-D.

Ce rapport révèle que le problème de fond est la faiblesse des dépenses de R-D dans l’industrie, mais que la croissance des dépenses de R-D du gouvernement et du secteur de l’enseignement supérieur est à présent moins élevée au Canada que dans les autres grands pays. Par ailleurs, les auteurs remarquent que le Canada est un « pays innovant et possède une solide base de recherche et des communautés florissantes d’entreprises technologiques en démarrage ». Toutefois, il existe des obstacles qui empêchent l’innovation de se transformer en création de richesse, à savoir :

  • un manque de compétences en gestion dans le domaine de l’innovation;
  • un manque d’expérience nécessaire pour développer proportionnellement les entreprises;
  • les acquisitions étrangères d’entreprises de haute technologie.

Or, les auteurs ont constaté qu’en dépit d’une performance généralement mauvaise, le Canada possède des niches qui présentent des points forts appréciables en matière de R-D industrielle, en particulier :

  • les services de R-D scientifique;
  • la conception de systèmes informatiques;
  • la fabrication de matériel de communication;
  • la fabrication de produits aérospatiaux et de leurs pièces.

 

 

Source: Bulletin Vecteurs économie et innovation

Related Post

thumbnail
hover

Première pelletée de terre pour Composites...

Un nouveau bâtiment industriel verra bientôt le jour sur la rue Théodore-Viau, à Terrebonne, dans le parc industriel 640-Côté-Sud. En ...

thumbnail
hover

De nouveaux défis pour STIM de...

Au moment où les projets d’automatisation des manufacturiers demandent une collaboration de plus en plus étroite entre spécialistes d...

thumbnail
hover

Les PME transformatrices d’aluminium sont à...

Les producteurs d’aluminium du Québec peuvent résister aux nouveaux tarifs de 10% sur l’importation de métal gris aux États-Unis, ma...