La pénurie de compétences, un frein à la transformation numérique

Les entreprises ne possèdent pas les compétences nécessaires pour adopter les technologies transformationnelles.

Une étude menée par le cabinet-conseil CBI. Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité., au Royaume-Uni, révèle que 23 % des entreprises déclarent qu’elles ressentent déjà les répercussions des nouvelles technologies, tandis que 37 % prévoient une incidence au cours des cinq prochaines années. Cependant, seulement un tiers des entreprises disent avoir les compétences numériques nécessaires pour adopter cette technologie, même si 49 % des entreprises sont d’avis que cette dernière transformera profondément leur industrie ou leur marché.

Par ailleurs, la plupart des décideurs (65 %). Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. pensent que la pénurie de compétences semble être un frein à la transformation numérique représentée par l’adoption d’autres technologies transformationnelles qui sont prioritaires pour les entreprises. On parle de la chaîne de blocs (blockchain) et de l’Internet des objets, qui devront être intégrés au cours des cinq prochaines années.

Aux dires de Josh Hardie, le directeur général adjoint de la CBI, le manque de compétences – parmi d’autres facteurs – empêche le Royaume-Uni de devenir un chef de file de cette technologie et porte atteinte à la performance des entreprises.

De nombreux secteurs technologiques de pointe ont de plus en plus besoin de travailleurs qualifiés, particulièrement dans les domaines de l’analyse de données, de la cybersécurité et de l’infonuagique.

En ce qui concerne cette dernière technologie, soulignons qu’une recherche menée par la London School of Economics et Rackspace a montré que le manque de compétences en infonuagique entraînait une perte de revenus pour les entreprises britanniques d’environ 323 millions de dollars canadiens (217 millions de livres sterling).

Afin de s’attaquer à cette situation, le gouvernement britannique a lancé une enquête. Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité. en août 2017. Cette dernière vise à connaître les compétences dont le Royaume-Uni aura besoin pour faire face à un avenir de plus en plus technologique.

Dans ce contexte, le CBI propose de mettre en place, au début de l’année 2018, une commission conjointe qui aura la responsabilité d’examiner l’effet de ces nouvelles technologies sur les personnes et les emplois.

Pour en savoir davantage sur ce sujet, consultez l’article Two-thirds of businesses do not have skills to adopt AI. Ce lien mène à un site qui n'est peut-être pas soumis au standard gouvernemental sur l'accessibilité..

Source: Bulletin Vecteurs Sciences et innovation

Related Post

thumbnail
hover

Deux mythes sur l’automatisation des emplois

Dans la foulée des différentes études et des divers rapports sur l’automatisation qui peignent un portrait alarmiste et inquiétant...

thumbnail
hover

Les entreprises canadiennes toujours confiantes envers...

La Banque du Canada vient de publier les résultats de son Enquête sur les perspectives des entreprises pour l’hiver 2017-2018. Cett...

thumbnail
hover

La Chine vise la première place...

La Chine investit en ce moment des milliards de dollars pour devenir la championne du monde de l’intelligence artificielle (IA). En ef...