Des emballages intelligents bientôt disponibles

Le jour où le contenant de votre médicament vous enverra un texto pour vous rappeler qu’il est l’heure de prendre votre pilule ou de procéder à votre piqûre d’insuline n’est pas si lointain.

En fait, cette technologie, mise au point par Jones Packaging, une entreprise ontarienne, est déjà à l’essai en Europe. « Ce concept est l’une des multiples possibilités que permet l’emballage intelligent, une des nouvelles voies qui suscitent beaucoup d’intérêt dans le monde de l’emballage », indique James Lee, directeur, Technologies et innovations chez Jones Packaging, à London. M. Lee siège aussi à titre de coprésident d’IntelliFlex, un accélérateur canadien consacré à l’innovation en emballages intelligents.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, dit-il, une personne sur deux ne respecte pas la prescription du médicament qu’elle doit prendre. « Nous sommes convaincus que ce nouveau type d’emballage permettra d’améliorer cette statistique et de réduire les coûts en santé », soutient M. Lee. Outre le secteur pharmaceutique, celui des cosmétiques et de l’alimentation suivent de très près les progrès de ces nouvelles technologies, ajoute-t-il.

Évalué à 5,7 milliards de dollars selon la firme Smithers Pira, le segment de l’emballage intelligent représente pour le moment une toute petite goutte d’eau à l’échelle de l’industrie mondiale de l’emballage. Ce n’est même pas 1 % du marché. « Mais l’expansion à vitesse grand V s’en vient pour ce type d’emballage », soutient André Dion, directeur de l’Institut des communications graphiques et de l’imprimabilité (ICI), un centre de transfert technologique affilié au collège Ahuntsic, à Montréal.

Des étiquettes intelligentes

Les recherches de l’ICI en emballage intelligent sont principalement canalisées autour des étiquettes, qui comprennent trois composantes : les capteurs, le système de communication et les batteries. « De cette façon, la technologie ne monopolise pas l’ensemble des lignes de production. En limitant ainsi les coûts d’impression, cela facilitera, dit-il, l’accès à ce type d’étiquetage pour un plus grand nombre d’entreprises. Particulièrement les PME. » L’objectif, indique M. Dion, est de produire des étiquettes intelligentes qui coûteront moins de 0,10 $ l’unité plutôt que 1 $ pour le moment.

Source : lesaffaires.com

Attachments

Related Post

thumbnail
hover

Un projet de modernisation pour Saladexpress

Saladexpress inc. de Saint-Rémi en Montérégie, une entreprise de transformation de légumes, annonce la conclusion d’un partenariat ave...

thumbnail
hover

Québec accorde 660 000 $ à...

Le gouvernement du Québec alloue, par l’entremise du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie, une...

thumbnail
hover

Le secteur manufacturier hésite encore à...

Le récent rapport Les freins à l’investissement numérique des entreprises du secteur manufacturier, rendu public par la Fédération...